Programme d’irrigation à petite échelle dans la région du Mont Kenya

Description détaillée du projet :

Le projet visait à améliorer les conditions de vie de la population rurale de la région du Mont Kenya en augmentant la production agricole irriguée. Ce projet, destiné aux petits exploitants, était un « programme ouvert ». Les schémas d’irrigation ont été choisis sur la base de critères techniques, sociaux, financiers et institutionnels bien définis. Le projet appuyait la mise en œuvre de nouveaux schémas d’irrigation et de services de vulgarisation cor­respondants, et facilitait l’accès au crédit pour les groupes de paysans organisés en entités juridiques. À cette fin, le gouvernement allemand a mis à disposition des fonds qui ont été prêtés, via le Ministère des Finances kényan, aux banques kényanes privées participantes.

L’Unité de gestion du programme (UGP), responsable de l’ensemble de la gestion, a été chargée de l’exécution. Elle appuyait les paysans et les institutions financières sur des questions techniques et de gestion. L’approche du programme était axée sur la demande : les mesures ont été mises en œuvre uniquement à la demande des groupes bénéficiaires concernés, et seulement une fois que ceux-ci se sont organisés en coopératives paysannes. Les bénéficiaires étaient entièrement impliqués dans le processus de planification et de mise en œuvre. Ils devaient également supporter une partie des coûts d’investissement et ont été ensuite responsables de l’exploitation et de la maintenance des schémas.

Il était nécessaire que les paysans s’organisent eux-mêmes en coopératives paysannes. C’était une condition préalable pour soumettre à l’UGP une demande de mise en œuvre de schéma d’irrigation. Une fois la demande approuvée, sur critères de sélection prédéfinis, chaque bénéficiaire du schéma proposé devait s’acquitter d’une contribution pouvant aller jusqu’à 10% de son prêt (les paysans contribuaient pour 50% aux coûts d’investissement du système d’irrigation). Ce n’était qu’ensuite que les systèmes d’irrigation étaient conçus, faisaient l’objet d’un appel d’offres puis enfin étaient construits.

A la fin de la phase III du programme en mi-2015, 18 systèmes d’irrigation (2.178 ha au total) étaient complétés, tandis que 6.049 ménages ont bénéficié directement des activités.

Nature des services fournis :

  • Mise en place de l’Unité de gestion du programme ;
  • Suivi de la sélection de site, études d’évaluation environnementale et sociale, conception technique finale et concept d’ingénierie approprié pour des ouvrages de dérivation et des systèmes d’irrigation ;
  • Assistance à la direction du département Irrigation et Drainage du Ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche pour la création du DAO, l’évaluation des offres, l’établissement du contrat, le suivi des travaux et l’adjudication des marchés ;
  • Appui aux groupes paysans pour l’établissement et l’enregistrement juridique de coopératives paysannes capables de gérer le financement de prêts ;
  • Conception et livraison de services de vulgarisation agricole aux coopératives paysannes, afin de valoriser les produits (alimentaires) ;
  • Appui aux paysans pour la certification EurepGAP/GLOBALGAP basée sur des partenariats publics-privés, afin d’augmenter les exportations de produits alimentaires vers l’UE ;
  • Formation des coopératives paysannes en exploitation et maintenance des ouvrages d’irrigation ;
  • Conseil aux paysans sur la demande et la gestion d’un prêt ;
  • Transfert des ouvrages d’irrigation aux coopératives paysannes ;
  • Conception d’un bilan hydrologique / Enquête sur le besoin en eau dans d’autres secteurs ;
  • Enquête sur les conflits liés à l’utilisation de l’eau ;
  • Enquête sur la disponibilité géographique et temporelle de l’eau.
Ministère de l’Agri­culture, de l’Elevage et de la Pêche
BMZ à travers la KfW
09/2005 – 09/2015
Montant total du projet: 4.522.698 €